Journée de mobilisation sociale plus importante que le 29 janvier

Pour la seconde fois en deux mois, des centaines de milliers de personnes ont fait grève et battu le pavé jeudi en France pour réclamer des mesures sociales supplémentaires face à la crise. Si les grévistes étaient moins nombreux dans les entreprises du public et du privé, les syndicats ont réussi en revanche à faire descendre dans la rue davantage de personnes que le 29 janvier dernier. Pour la police, les cortèges ont réuni 1,2 million de manifestants. D'après la CGT, 3 millions de personnes ont défilé dans toute la France. Lors de la précédente journée de mobilisation, 2,5 millions de personnes s'étaient rassemblées dans la rue selon le syndicat tandis que la police avançait un chiffre de 1.080.000 manifestants. Les manifestations de jeudi égalent donc les pics du mouvement de 2006 contre le Contrat première embauche (CPE), et montrent l'ampleur de l'inquiétude et du mécontentement suscités par la crise et la saignée de l'emploi qui l'accompagne.

Globalement, il y a eu davantage de manifestants que le 29 janvier dans les grandes villes. À Paris, 85.000 manifestants selon la police (350.000 selon la CGT) sont partis depuis la place de la République pour rejoindre Nation par Bastille, derrière une banderole proclamant : "Ensemble face à la crise, défendons l'emploi, le pouvoir d'achat et les services publics."
Outre les grandes villes, de Rennes (avec 14.000 à 40.000 manifestants) à Marseille (30.000 à 320.000 personnes dans la rue) en passant par Bordeaux (36.000 à 100.000 manifestants), l'affluence a été très forte quasiment partout, y compris dans des villes moyennes comme Le Havre, Tarbes.... "C'est la mobilisation de M. et Mme Toutlemonde, qui expriment leur ras-le-bol", s'est exclamé Gilbert Debard de l'Unsa, parmi les manifestants lyonnais qui ont été entre 24.000 et 45.000 dans la cité des bords du Rhône.

La tendance d'une hausse de participation s'est vérifiée dès le milieu de la journée à Marseille où, selon la CGT, 320.000 personnes ont défilé. Le 29 janvier, les organisateurs avaient compté 300.000 personnes, la police 23.000.
Resté à Paris pour suivre de près cette journée, le Premier ministre François Fillon a répété la ligne défendue par son gouvernement . Il a exclu de nouveau un "nouveau plan de relance" de l'économie même s'il assure comprendre l'inquiétude des Français, lors d'une intervention au journal de 20 heures de TF1.



Tag(s) : #La revue de presse