Barry Callebaut et Valeo : reprise en vue ?

La grève devait prendre fin tôt ce matin chez Barry Callebaut. La deuxième réunion du comité extraordinaire de l'usine dijonnaise du groupe suisse, débutée lundi, s'est poursuivie hier.
Aux dires des salariés, ils n'ont toujours pas de réponses aux différentes questions soumises à la direction alors qu'un plan, prévoyant la suppression de 100 emplois, a été annoncé le 26 janvier dernier.
« Le livret 4 est clôturé pour la direction », réagit Evelyne Lebeau, déléguée du personnel (CGT). « Nous devions donner un avis pour pouvoir entamer le livret 3. Nous avons voté une résolution pour engager une démarche auprès du tribunal de grande instance qui se prononcera pour dire si la procédure était correcte. »

« Comme des voyous »
Ce qui n'empêchera pas entre-temps la direction de pouvoir continuer la procédure et de convoquer le CE sur le livret 3, le plan social. Une date devrait être arrêtée. Peut-être la semaine prochaine.
« La direction reste sur ses positions », ajoute Evelyne Lebeau. « Elle explique qu'elle ne peut pas faire autrement, qu'elle est dans l'incapacité d'apporter d'autres volumes. Il y a un an, nous avons accepté de négocier notre statut à la baisse pour sauver le site et maintenant ils suppriment 100 emplois. Cela ne passe pas ».
Même son de cloche du côté de Dominique Garnier : « La direction ne répond pas à nos questions, ne prend pas ses responsabilités », rapporte le délégué syndical UNSA. « Ils agissent comme des voyous. Il n'y a pas de dialogue social ».
A noter que, dans la nuit de lundi à mardi, des pneus ont été enflammés devant l'entreprise. « Nous reprendrons nos actions lors de la prochaine réunion du CE extraordinaire », précise Dominique Garnier.

Avancées chez Valeo ?
Sixième jour de grève hier chez Valeo Dijon. Ce matin, à cinq heures, les salariés devaient se prononcer sur la suite ou non de l'arrêt de travail. De source syndicale, l'optimiste était de rigueur sur une éventuelle avancée. « Il se pourrait qu'une négociation aboutisse demain (NDLR : aujourd'hui) », nous a confié hier dans l'après-midi Ramiro Grilo, secrétaire du comité d'entreprise et délégué CFDT. Réponse aujourd'hui. La suppression de 31 postes est annoncée d'ici la fin du mois de juin ainsi que le transfert d'une partie de la production du site de Dijon sur le site de Nevers.




Tag(s) : #La revue de presse