Dijon : alerte à la bombe chez Barry Callebaut

Jeudi matin, une alerte à la bombe a nécessité l’évacuation de l’entreprise Barry Callebaut, située rue de Cluj à Dijon. L’usine devrait rester fermée jusqu’au 13 novembre (5h du matin).

 

Les bâtiments de l’entreprise Barry Callebaut ont dû être évacués jeudi en tout début de matinée en raison d’une alerte à la bombe. « Quelqu’un aurait téléphoné pour avertir qu’il avait placé une bombe dans l’usine. Bernard Castermant (directeur général du site de Dijon) a prévenu le personnel et fait évacuer. La direction a annoncé que toutes les mesures de sécurité seront prises pour que le travail reprenne normalement d’ici mardi » a expliqué Pierre Griset, délégué syndical CGT. « Nous pensons tous qu’il s’agit d’une fausse alerte… » ajoute un employé. Une seule voiture de police était présente sur les lieux et des techniciens de l’usine ont débuté des recherches à travers les 56000 m² de l’usine.

 

Un canular qui irrite fortement les syndicats des salariés de Barry Callebaut. En débrayage depuis le 22 octobre pour réclamer « des garanties supplémentaires à Barry Callebaut dans le nouveau projet du repreneur Chocolaterie de Bourgogne », les syndicats ne voudraient pas que leur soit imputée la responsabilité de cette action. En effet, ce type d’événement n’est pas de nature à rassurer les repreneurs. « Nous condamnons ce type de procédé. Nous avons toujours été pour le respect de l’outil de travail et le respect des personnes » assure Dominique Garnier, délégué syndical UNSA. « Nous nous inscrivons pleinement dans le nouveau projet. Il y a 278 emplois en jeu et nous voulons des garanties sur la pérennisation du site » ajoute-t-on du côté de la CGT.

 

Un comité d’entreprise extraordinaire était programmé à 14h pour faire le point sur la situation. La direction n’a pas souhaité s’entretenir avec la presse.

 

Rachetée à Nestlé en juillet 2007, l’usine dijonnaise Barry Callebaut, spécialisée dans la production de chocolat « consommateurs » – à destination du grand public – a été rachetée par trois professionnels du secteur qui ont fondé la société Chocolaterie de Bourgogne. Chocolat de Bourgogne prévoit une progression de 50 % du chiffre d’affaires au cours des trois à cinq prochaines années, qui doit se réaliser à effectif constant.

 

(Source : gazette.Info)

 


Tag(s) : #La revue de presse