Intervention de Karine MILLE lors du congrès départemental interprofessionnel de l'UNSA Côte d'Or



Pour que l'article vous soit lu
 





Nous sommes réunis ce soir en congrès départemental afin de débattre des orientations que veut se donner l'Unsa pour l'avenir et surtout partager ensemble les problématiques que nous rencontrons tous sur le terrain.

L'Unsa Territoriaux de Côte-d'Or travaille au quotidien en étroite collaboration avec l'interprofessionnel afin de mutualiser nos moyens et nos expériences.

Nous venons de construire une Union départementale des Territoriaux de Côte-d'Or afin d'être plus présents auprès de nos collègues qui travaillent dans les collectivités territoriales.

Je souhaite intervenir tout particulièrement sur la réforme des collectivités territoriales lancée officiellement avant-hier par le Gouvernement qui a notamment dénoncé la création de 36 000 emplois de fonctionnaires locaux en 2008. On nous explique que les fonctionnaires sont en grande partie responsables du déficit public. Seulement, on oublie de nous dire que les transferts de compétences aux collectivités territoriales n'ont pas été suivis de transferts de personnel et de fonds (moyens financiers).

Je ne vais pas vous dresser une liste des mesures prévues, mais simplement vous donner quelques exemples qui illustreront notre inquiétude quant au devenir du statut des fonctionnaires territoriaux.

Une des principale mesure est le regroupement des départements et des régions et la répartition des compétences. Les communes garderont la clause de compétence générale qui leur permet d'intervenir dans tous les secteurs. Les départements et les régions ont des compétences spécialisées. Une loi sur la répartition des compétences devrait être adoptée dans un avenir proche.
Ce regroupement provoquera la suppression de postes. En effet, les services centraux (DRH, finances, Marchés...) vont certainement être regroupés. Nous ne sommes qu'aux prémices de cette réforme, nous n'en mesurons pas encore l'ampleur. Que vont devenir nos collègues ? Dans quelles conditions vont-ils être reclassés ? La loi d'août 2009 sur la mobilité et les parcours professionnels facilite le recours à l'intérim et aux contractuels. En cas de restructuration de service, un agent qui refusera trois propositions de postes sera mis en disponibilité d'office ou à la retraite. Ne s'agit-il pas du licenciement du fonctionnaire ?

Ces mesures visent à fragiliser la situation de milliers d'agents sur tout le territoire et par conséquent le secteur public dans son ensemble.

A l'UNSA, nous nous battons au quotidien. Nous continuerons à nous battre auprès des employeurs publics afin d'éviter la casse du service public et la précarisation de l'emploi public. Pour l'UNSA, il est bien question de cela. Certaines administrations en font déjà les frais. Quand on voit la situation des collègues à la Poste ou à France Télécom, nous ne tolérons pas ces dérapages ! Il est évident que le secteur privé et le secteur public travaillent main dans la main. Ensemble nous serons plus forts ! Ensemble nous pourrons obtenir des avancées !

Je vous souhaite une bonne soirée.

(discours du 22 octobre 2009, Karine MILLE, secrétaire générale de l'Unsa Territoriaux Côte d'Or et des agents du Conseil général de la Côte d'Or)


Share/Save/Bookmark





Tag(s) : #Les communiqués de presse UNSA