Filiales ou entités spécialisées au sein de Fret SNCF : la direction se donne 8 mois

Pour que l'article vous soit lu
 





Le PDG de la SNCF Guillaume Pepy compte tester pendant 8 mois des entités spécialisées par produit au lieu de créer des filiales comme initialement prévu dans le plan Fret d'avenir, visant à donner une impulsion au transport ferroviaire de marchandises.

"L'Unsa était prête à accompagner le plan Fret mais pas la création de filiales, j'ai donc accepté de tester des entités spécialisées au sein de Fret SNCF pendant huit mois et de faire le bilan", a expliqué Guillaume Pepy, lors d'un seminaire avec la presse, organisé en fin de semaine à Le-Pian-Médoc (Gironde).

"Les entités spécialisées devront faire la preuve qu'elles peuvent rivaliser avec Euro Cargo Rail (filiale de la Deutche Bahn)", a commenté Pierre Blayau, le directeur du fret à la SNCF. Selon lui, l'écart de compétitivité est d'environ 20%, mais "la SNCF a aussi des atouts comme un fort maillage, une qualité de service et la capacité à proposer des solutions globales".

Présenté le 22 septembre, le plan prévoyait notamment la création de quatre filiales: produits agricoles, charbon-acier, automobile-chimie-hydrocarbures et une dernière pour développer le transport combiné (rail/route/maritime) et les autoroutes ferroviaires (camions chargés sur des trains, également appelé ferroutage).

Ce plan de redressement de l'activité fret à la SNCF, qui est chroniquement déficitaire et pourrait enregistrer quelque 600 millions de pertes en 2009, a rencontré une forte opposition des syndicats.

La CGT, la Fgaac-CFDT et Sud-Rail ont déposé une préavis de grève non reconductible pour le 20 octobre, au sujet du plan Fret mais aussi sur plus d'une dizaine d'autres thèmes (emploi, salaires, billets gratuits, etc.).

Les organisations syndicales craignent des milliers de suppressions de postes dues à l'arrêt d'une bonne partie (50 à à 60%) de trains composés de wagons de plusieurs clients ("wagon isolé"), une activité très déficitaire, et ont dénoncé un développement basé sur la création de filiales au détriment de la branche Fret SNCF.

"Le défi est de savoir si l'on peut trouver des souplesses dans l'organisation du travail pour ne pas faire la filialisation", a estimé François Nogué, DRH de la SNCF.

Il y a un an un appel à volontariat aux cheminots du fret, qui travaillent souvent la nuit, pour accepter des conditions de travail assouplies (pauses, jours de repos, temps de conduite, etc.) avait provoqué une grève, avant d'être abandonné.

Concernant les suppressions de postes dans l'activité "wagon isolé", Guillaume Pepy a dit "ne pas être encore capable de les chiffrer, pas plus que les créations dues au plan Fret".

Des chiffres devront être toutefois précisés lors de la présentation du budget début décembre, après avoir été discutés en CE Fret fin octobre et en CCE début novembre.

Selon M. Pepy, "il y a beaucoup de changements de métiers au sein de la SNCF, et il peut y avoir de la mobilité du fret vers les autres branches".


Share/Save/Bookmark





Tag(s) : #La revue de presse