Les fonctionnaires de plus en plus séduits par un cumul avec le privé

Le nombre de fonctionnaires attirés par le privé ne cesse de croître, selon la Commission de déontologie, qui s'est emparée du cas particulier, souvent polémique, du pantouflage des collaborateurs ministériels.

Le nombre de demandes d’agents désireux de cumuler leur emploi avec une activité privée a connu un bond de 25% en 2009, signale la Commission dans son rapport annuel, rendu public le 21 juillet 2010.

Plus de 2.500 demandes ont ainsi été déposées l’an dernier auprès de cette instance officielle, chargée de contrôler la compatibilité de l’activité privée envisagée par l’agent public. Cette inflation est dû notamment au succès du statut d’auto-entrepreneur. La facilité que donne ce statut a incité beaucoup d’agents à demander à exercer une activité en cumul, affirme le conseiller d’Etat Olivier Fouquet, qui préside la commission. On voit peut-être apparaître des activités qui étaient auparavant exercées de façon occulte, avance-t-il, pour expliquer cette forte croissance des demandes.
Autre hypothèse, selon lui, celle des agents qui partent à la retraite dans les deux ou trois ans qui viennent et cherchent à préparer leur reconversion.

Les fonctionnaires peuvent pratiquer un cumul, soit en demeurant à temps plein ou en se plaçant en temps partiel, mais la plupart des demandes concernent une activité durant le temps libre.

Parmi les secteurs les plus prisés : le commerce, les soins à la personne, l’audit ou encore l’artisanat. Le rapport cite pêle-mêle la vente sur internet, les mets fabriqués à domicile, le dépannage informatique, la plomberie.

 

 

source : La Gazette des communes

 

 

 


Tag(s) : #La revue de presse